commentaires-archives judaïsme

Publié le par AACCE


Que savons-nous de Léon BLUM ?  

***************************

LE PAIN LA PAIX LA LIBERTE :

C’était hier à l’occasion du soixante dixième anniversaire du front Populaire :
[
anonyme.archive-host.com]  (Klik klic)

Serge Bernstein
[
anonyme.archive-host.com] (klic klic)

C'est un bourg trapu, tapi au pied des collines boisées, à l'écart de la route qui mène de Strasbourg à Saverne. Westhoffen

[
judaisme.sdv.fr] (klic klic)

C’est donc là que sont les racines de la famille de Léon Blum :

Curieuse cette propension qu’ont actuellement les (nos) élites politiques d’aujourd’hui de Olivier Besancenot à Sarkozy en passant par Ségolène Royal de ne pouvoir s’empêcher de se référer à L éon Blum :
C’est donc l’année du soixantième dixième anniversaire du front populaire pendant lequel Léon Blum fut président du conseil des Ministres :
Pas question pour ce qui me concerne de faire la biographie de Léon Blum j’en suis bien incapable :
Ces biographies ne manquent pas, Jean Lacouture, Ilan Greilsammer entre autres ;
Voici celle de Lazare Landau

[
judaisme.sdv.fr] ((klic klic)

Pour résumer ;
Léon Blum incarne une action sous tendue par sa Judéité assumé sans ostentation mais jamais reniée :
Léon Blum était animé par un esprit Républicain, inflexible, exacerbé :
Léon Blum était animé par un humanisme et un esprit de Justice

Solidarité juive et sioniste
Constamment absorbé par la politique intérieure française, Léon Blum n’a jamais négligé la solidarité juive, particulièrement vis-à-vis du mouvement Sioniste
Si nous cherchons une des professions de foi de Léon Blum nous pourrions la trouver dans son hommage à Haïm Weizmann :
(Léon Blum)……………….
"Juif français, né en France d’une longue suite d’aïeux français, ne parlant que la langue de mon pays, nourri principalement de sa culture, m’étant refusé à le quitter à l’heure même où j’y courais le plus de dangers, je participe cependant à l’effort admirable miraculeusement transporté du plan du rêve au plan de la réalité historique, qui assure désormais une patrie digne, également libre à tous les Juifs qui n’ont pas eu comme moi la bonne fortune de la trouver dans leur pays natal. J’ai suivi cet effort depuis que le Président Weizmann me l’a fait comprendre. Je m’en suis toujours senti fier et j’en suis plus que jamais solidaire".
Que dire de plus ? Tout commentaire affaiblirait la portée d’un tel texte, symbole de foi d’un
grand Juif, d’un grand Français. 


Commentaire n° 1 posté par: Suggest.1 le 16/02/2007 - 16:54:34
Un grand Classique
En exclusivité sur votre écran !
LE GOLEM
Pour vous aider à accrocher dans le film dès les premières images :
Le savant Rabbin Loew est sur la terrasse de sa maison observant les étoiles :
Cependant que sa fille Myriam et son fiancé se trouvent dans les étages inférieurs :
Le Rabbin les rejoint :
‘Je dois partir voir le Rabbin Yehouda! De grands dangers menacent notre peuple :
Vous verrez dans ce film la fille du Rabbin nouer  et vivre une aventure contre nature avec l’écuyer du roi :
Son fiancé, le lui pardonnera-t-il ?
Le Golem tombera-t-il amoureux de Myriam ? …………..Quel suspensssssssssss!
La vidéo

http://video.google.com/videoplay?docid=3815557303881346464  (klic)
Synopsis du film

http://www.evene.fr/culture/agenda/le-golem-14421.php  (klic klic)
Si vous voulez en savoir plus

http://fr.wikipedia.org/wiki/Golem   (klic klic)

Le metteur en scène
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Wegener   (klic klic)
 

Commentaire n° 2 posté par: Suggest.1 le 16/02/2007 - 18:43:44

LES JUIFS sous L'ISLAM

 Peut-être que ce film vous fera penser à quelques similitudes avec ce qu’ont enduré les Juifs d’Europe Centrale :
 Peut-être réveillera-t-il chez vous ? Quelques réminiscences, souvenirs parallèles : 

  A vous de le dire !
Un film à voir absolument, sur la situation des Juifs des pays arabo-musulmans et sur les conditions de leur départ, à la fin des années 1940

http://www.dailymotion.com/swf/1mU9vL8dSYY3L7dui  (klic klic)

 UPDATE: Le contenu de ce film est (à quelques détails près) identique à celui du film du cinéaste Pierre Rehov «Les Réfugiés du Silence» (version anglaise). “Les réfugiés du silence” retrace l’histoire du million de Juifs qui ont été contraints de fuir les pays arabes où leur famille était établie depuis des centaines, voire des milliers années. Ces personnes qui avaient été dépouillées de tous leurs biens avant leur départ. Ce qui fit d’eux des réfugiés. Bien qu’ils n’aient jamais demandé ce statut et n’en aient jamais bénéficié. Pas plus qu’ils n’ont reçu la moindre compensation.
Mais, certains Juifs vivant dans les pays arabes n’ont malheureusement pas pu quitter leur pays à cette époque. Une partie d’entre eux a été assassinée, une autre emprisonnée et gardée en otage. Des femmes, des jeunes filles ont été violées. “Les réfugiés du silence” ouvre d’ailleurs sur un récit de viol.
Une grande partie de ce million de réfugiés juifs s’est réfugiée en Israël, pays à peine né dans la guerre. D’autres ont choisi l’Europe ou les Etats-Unis. Tous se sont intégrés sans causer le moindre problème dans leur pays d’accueil.
Pierre Rehov utilise des films et photos d’archives, souvent inédits. Il y mêle le témoignage de témoins qui sont, soit des personnalités connues, comme l’historienne Bat Yor, ou des personnes inconnues, qui ont souhaité s’exprimer pour la première fois sur un sujet très douloureux.
Deux Sénateurs américains prennent également la parole, ainsi que l’ancien Président américain Jimmy Carter, par exemple.
Ces victimes juives évoquent également leur vie dans les pays concernés bien avant les troubles occasionnés par la naissance d’Israël. Une vie qui fut rarement idyllique comme cela a pu être prétendu par la suite. Les Juifs, comme les Chrétiens, d’ailleurs, étaient soumis, en effet, au statut de dhimmi, des “protégés” qui subissaient surtout toute une palette de mesures discriminatoires qui variaient selon les lieux et les époques.
Ces réfugiés venaient d’Egypte, du Maroc, de Tunisie, d’Irak, de Syrie, de Libye, du Yémen. Pierre Rehov a choisi de ne pas évoquer le sort des Juifs d’Algérie. Ceux-ci, en effet, étaient français et, bien que contraints à fuir également, ils furent rapatriés en France et ne furent donc pas à proprement parler des “réfugiés”, même si leur départ forcé fut aussi le plus souvent très douloureux.
Pierre Rehov raconte dans ce film cette saga oubliée qui ne fut jamais relatée en images dans son ensemble.
Le plus souvent ces victimes juives se sont longtemps tues par pudeur. Ou ont tenté d’oublier le passé en reconstruisant leur vie dans leur pays d’accueil.
Le film a été sélectionné par le Festival du Film des Droits de L’Homme Paris en mars dernier. Il a également fait l’objet d’une projection au Palais des Nations Unies à Genève dans le cadre de la Commission des Droits de l’Homme. Or, comme nous le dit l’un des témoins du film, si le sort des réfugiés palestiniens a fait l’objet de plus de cent Résolutions dans cette enceinte internationale, jamais auparavant le sort de ce million de réfugiés juifs n’y avait jamais été mentionné.
Cela est désormais chose faite grâce aux “Réfugiés du silence.”
Les autres films de Pierre Rehov:

http://www.pierrerehov.com/language.htm   (klic klic)

Commentaire n° 3 posté par: Suggest.1 le 02/03/2007 - 17:49:32

Yiddisher Tango:

Tango Yiddish:

http://suggest1.free.fr/TangoYiddish.pps  (klic klic)

 Je suis amoureux… …Je ne puis pas patienter plus longtemps…. Elle a des yeux si beaux si noires…….HO ! Mon D.ieu (Disent les paroles)

Gagnez du temps! Même pour danser le Tango ! Dansez ‘LE’ en Yiddish !

Je vous conseille de vous mettre le plus vite possible au Yiddish l’ESPERANTO de demain;
On peut bien se demander ce que  Ludwik Lejzer Zamenhof a été faire en inventant l’Espéranto alors qu’il avait le Yiddish sous la main ?

 

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Ludwik_Lejzer_Zamenhof  (klic klic)

 Pour mémoire ?
Le Yiddish s’écrit avec l’alphabet ‘Hébreu’ et possède beaucoup de mots d’origine hébraïque eux même d’origine sémitique d’où l’araméen et l’arabe
Pour le contemporain ?
Mots de toute l’Europe notamment Le vieil Allemand, Le russe Polonais et même Français !
Langue parlée dans la plupart des pays du monde ;

[
www.yiddishweb.com] (klic klic)

 

 Si vous avez le courage de lire plus bas :
Le contexte historique

 Le tango est apparu à Buenos Aires à la charnière du XXe siècle comme un mélange des cultures des immigrants italiens, espagnols, français et juifs et des rythmes afro-argentins. Dans les années 1910, le tango est arrivé en Europe Occidentale peu de temps avant d'atteindre l'Europe de l'Est. Les cabarets et les salles de bal participèrent à l'expansion de ce courant musical importé d’Amérique Latine et les compositeurs, dont certains étaient juifs, commencèrent à écrire de nouveaux tangos.

Inévitablement, pendant la Shoah, le tango a pris une place dans la vie des ghettos et des camps de concentration où il fut adopté, alors en yiddish, comme un moyen d’expression pour les prisonniers qui relataient leurs expériences et leurs espoirs de liberté. De leur côté, les Nazis n’ont pas seulement toléré cette musique, ils forçaient les Lagerkapellen, les orchestres des camps de concentration, à jouer le Tango de la Mort pour accompagner les prisonniers pendant leur marche vers les chambres à gaz.

Dans des circonstances différentes et plus heureuses, les musiciens juifs qui vivaient à Buenos Aires et à New York – dont beaucoup étaient immigrés – ont écrit des tangos en yiddish pour le théâtre yiddish et les revues musicales juives.  L’essence même du tango et son brassage naturel explique probablement pourquoi cette musique a été continuellement adoptée et transformée pendant cet extraordinaire voyage autour du monde. Le tango yiddish n'est qu'un épisode de cette chronique, un exemple de la tendance des juifs à s'adapter à la culture de leur pays d'accueil. Plus généralement, cela constitue un exemple d'une acceptation mutuelle et d'une interaction fructueuse entre les peuples. 

 The tango from Auschwitz  (Extrait)

 http://www.lloicaczackis.com/DertangofunOshvientshim.mp3  (klic klic) 

 

 suggest.1

 Commentaire n° 4 posté par: suggest.1 le 06/03/2007 - 14:47:34


 

Le Peuple JUIF ce n’est pas seulement les ashkénazes
Dans la Bible, Ashkenaz désigne l'Allemagne.

Il ne faut surtout pas oublier la richesse et l’Histoire mouvementée de la branche ‘Sépharade’
Dans la bible Sépharade désigne la péninsule Ibérique :

Il n’est pas impossible de penser que certains d’entre les Sépharades sont allés se réfugier en Europe Centrale plutôt que vers le Portugal le Maghreb ou vers Turquie lors de l’Inquisition (1492)

Ici une vidéo sur la Tunisie ;
Pas de commentaires :
Sauf que les Juifs du Maghréb étaient eux aussi à certaines périodes, obligés de porter des signes distinctifs et avaient à souffrir de l’antisémitisme ambiant

[suggest1.free.fr] (klic klic)

Comme le lien musical ne fonctionne pas je vous le rajoute afin que vous puissiez voir en écoutant
[www.radiotunis.com] (klic klic)

Il s’agit d’une chanteuse Juive ‘Habiba Msika’ dont vous pourrez lire l’histoire si vous êtes vigilants ;

Suggest.1
Commentaire n° 5 posté par: suggest.1 le 10/03/2007 - 17:44:16
En cas de difficultés rencontrées ?
Essayez ce lien ? (Des chercheurs qui cherchent c’est bien ? Qui trouvent c’est mieux !)
[www.archive-host.com] (klic klic)

suggest.1 

Publié dans aacce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jojo 03/09/2007 13:52

commentaire